Terminale L > Histoire > L'Europe de 1945 à nos jours : l'Europe de l'Ouest en construction de 1945 à 1989

L'Europe de 1945 à nos jours : l'Europe de l'Ouest en construction de 1945 à 1989

Ruinés par la Seconde Guerre mondiale, les pays d'Europe jusque-là ennemis se sont unis pour créer une communauté économique qui s'est agrandie au fil du temps, engendrant bien des défis...

I. Les balbutiements de l'Europe (1945-1954)

A. Le contexte de la naissance de l'Europe

La Première Guerre mondiale met en lumière le déclin de l'Europe, déclin des valeurs, de la démographie et de l'économie.
En 1923, un aristocrate austro-hongrois crée une union paneuropéenne pour rassembler les peuples au-delà des frontières nationales. Einstein, Freud, Paul Claudel ou encore Aristide Briand l'intégreront.

La Seconde Guerre mondiale accentue cette volonté d'union des pays.

  • En 1946, Winston Churchill, ancien premier ministre britannique, appelle de ses voeux des "États-Unis d'Europe".
  • La Guerre Froide accélère ces velléités, car les États-Unis sont persuadés qu'une Europe forte résistera mieux au communisme, ils encouragent donc le rétablissement de l'Europe
Ainsi, les bases de l'europe d'aujourd'hui se fondent sur les cendres de la seconde guerre mondiale.

  • En 1948, les états unis créent l'OECE, l'Organisation européenne de coopération économique. Cette organisation est là répartir les aides financières prévues dans le plan Marshall (plan d'aide américaine envers les pays européens).
  • Le 5 mai 1949 est créé le Conseil de l'Europe, rassemblant 10 pays pour réfléchir aux modalités de la construction européenne.
  • En 1950, ce conseil adopte la Convention européenne des Droits de l'Homme.
  • En 1950, l'UEP (l'Union européenne des paiements) voit le jour. Elle permet une solidarité financière entre les pays membres.

Dates & chiffres à retenir :

  • 5 mai 1949 : le Conseil de l'Europe voit le jour.
  • 1950 : adoption de la Convention européenne des droits de l'Homme.

B. Les premiers fondements de l'Europe

L'Europe doit être bien plus qu'une simple réaction de protection face au communisme. Jean Monnet et Robert Schuman, surnommés les "Pères fondateurs", posent les bases de la coopération européenne :

  • Jean Monnet affirme qu'il faut inclure l'Allemagne dans ce nouvel ensemble et lui assurer une égalité des droits, alors que beaucoup craignent encore que leur ancien ennemi retrouve son ancienne puissance.
  • Tous deux sont convaincus que l'Europe ne se construira pas d'un coup mais petit à petit, grâce à des réalisations concrètes. Ils encouragent une "solidarité de fait".

Ainsi, en 1950, le plan Schuman propose de mettre en commun la gestion de l'acier et du charbon, matières très importantes pour la reconstruction économique des pays européens. Le traité instaurant la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier) est signé le 18 avril 1951. C'est la première pierre de la construction européenne.

Pour continuer sur cette voie, on propose également de créer une Communauté européenne de défense, avec une armée commune placée sous un commandement supranational :

  • Le traité est signé le 27 mai 1952 entre les membre de la CECA.
  • Le Parlement français rejette le projet, refusant de coopérer avec l'Allemagne.

Ce refus affaiblit la construction, qui connaît alors une période de stagnation.

Dates & chiffres à retenir :

  • 1950 : plan Schuman.
  • 1951 : naissance de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier).

II. La construction de l'Europe des Six (1954-1969)

A. La Communauté économique européenne (CEE)

Dès 1954, le processus d'union se relance entre les 6 pays de la CECA (communauté européenne du charbon et de l'acier) : France, RFA, Belgique, Pays-Bas, Italie, Luxembourg :

  • La conférence de Messine de 1955 voit les 6 pays de la CECA adopter une résolution affirmant la volonté d'aller plus loin dans la construction.
  • En 1955, le Comité d'action pour les États-Unis d'Europe voit le jour.
  • Le 25 mars 1957, à Rome, deux traités sont signés, instaurant la CEE (Communauté économique européenne) et la CEEA ( Communauté européenne de l'énergie atomique, dite Euratom).

Cette union se construit autour d'une coopération économique, seul domaine où tous les pays voient leur intérêt. Mais ils rechignent à abandonner leur souveraineté politique à un organe supranational : c'est la règle de l'unanimité qui prime au Conseil des ministres, l'organe de décision de la CEE. Les avancées sont rapides :

  • La CEE instaure un marché commun, mis en place le 1er janvier 1959 et, 9 ans plus tard, les barrières douanières sont abolies et un tarif douanier commun est adopté.
  • Le 14 janvier 1962, la Politique agricole commune (la PAC) est instaurée, et le FEOGA (Fonds européen d'orientation et de garantie agricole) de 1966 protège les revenus des agriculteurs et permet de moderniser le secteur agricole.

Dates & chiffres à retenir :

  • 25 mars 1957 : signature du Traité de Rome qui instaure la CEE (Communauté économique européenne) et Euratom.
  • 1962 : mise en place de la PAC (Politique agricole commune).

B. Les années 60

L'idée d'une puissance européenne supranationale hérisse toujours les États, surtout la France et le Général de Gaulle. Pour lui, hors de question d'abandonner sa souveraineté :

  • L'Europe devra se construire autour de deux pays forts, la France et l'Allemagne. La signature du Traité de l’Élysée en 1963 marque le désir d'amitié et de coopération entre ces deux pays.
  • En 1963 et 1967, le Général de Gaulle refuse l'entrée dans la CEE du Royaume-Uni, qu'il estime trop proche des États-Unis.
  • Il cesse de participer aux réunions européennes pour marquer son opposition au projet de faire appliquer les décisions à la majorité, et non plus à l'unanimité. C'est la "politique de la chaise vide".
  • Finalement, le compromis de Luxembourg, adopté le 29 janvier 1966, conserve le vote à l'unanimité. De Gaulle a gagné.

Dates & chiffres à retenir :

  • 1963 : traité d'amitié franco-allemand.
  • 1963 et 1967 : de Gaulle refuse l'entrée du Royaume-Uni dans la CEE.

III. De Six à Douze (1969-1986)

A. L'Europe des Neuf

Le Royaume-Uni méprise longtemps la construction européenne et préfère se tourner vers les États-Unis. Mais au fur et à mesure des progrès de l'union, elle comprend qu'elle perd à s'exclure du processus. Elle présente sa candidature en 1963 et 1967. Les deux fois, Charles de Gaulle refuse. Il faut attendre 1969 et le sommet de La Haye de 1969 pour que le Royaume-Uni entre dans l'europe, avec l'Irlande et au Danemark

L'Europe des Neuf est un ensemble original et puissant :

  • Sa population est plus nombreuse que celle des États-Unis, avec 273 millions d'habitants.
  • Elle est la deuxième puissance industrielle mondiale.
  • Elle assure un tiers des échanges mondiaux.

Dates & chiffres à retenir :

  • 1969 : élargissement de l'europe au Royaume-Uni, au Danemark et à l'Irlande.

B. La crise

L'évolution fulgurante de l'Europe est freinée par la crise économique :

  • Les neufs instaurent le "serpent monétaire", qui interdit les écarts entre les monnaies des différents pays de dépasser 1,125 %. Mais le système échoue, car les pays répondent à la crise chacun de leur côté.
  • En 1979, le président français Valéry Giscard d'Estaing et le chancelier allemand Helmut Schmidt lancent le Système monétaire européen (SME), qui fixe la valeur des monnaies des États sur une unité monétaire, l'ECU. Pour la première fois, les États acceptent de se priver d'un élément essentiel de la souveraineté : la fixation de la valeur de leur monnaie.
  • Le Royaume-Uni prétexte la crise pour s'éloigner de la CEE. Il estime payer trop cher pour trop peu d'avantages. Margaret Thatcher, la "Dame de fer", demande que chaque pays verse de l'argent à la Communauté en fonction de ce qu'il reçoit. Son slogan est "I want my money back" ("Je veux récupérer mon argent").

La crise montre que l'esprit de solidarité européen est très fragile. Pour relancer la construction :

  • En 1974, le sommet de Paris instaure le Conseil européen : les chefs d’État se réunissent au moins trois fois par an pour trancher les questions majeures.
  • En 1976, ce Conseil décide de faire élire un Parlement au suffrage universel, mais le taux de participation à l'élection est faible (60 %), preuve du peu d'intérêt que portent les populations à l'Europe.

Dates & chiffres à retenir :

  • 1979 : instauration du système monétaire européen (SME).
  • 1974 : instauration du Conseil européen.
  • 1976 : élection d'un Parlement européen eu suffrage universel.

C. L'Europe des Douze

L'élargissement géographique continue :

  • 1981 : entrée de la Grèce entre dans la CEE
  • 1986 : entrée de l'Espagne et du Portugal dans le CEE

Les types de coopération s'agrandit aussi avec l'Acte unique, entré en vigueur en 1987, qui parachève la construction du marché commun en 1993. Il implique la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux.

La construction avance vite, mais pose aussi problème :

  • Les pays n'ont pas tous le même niveau de développement et les disparités économiques se creusent.
  • Au Parlement européen, les pays en voie de développement ont le même nombre de députés que les pays fondateurs, ce que certains trouvent injuste.
  • Aujourd'hui, la question se pose toujours de savoir si l'élargissement géographique de l'Europe ne nuit pas à son approfondissement en terme de coopérations.

Dates & chiffres à retenir :

  • 1981 : entrée de la Grèce dans la CEE.
  • 1983 : entrée de l'Espagne et du Portugal dans la CEE.
  • 1987 : entrée en vigueur de l'Acte unique européen.

Haut de la page

Dans la même matière

Haut de la page

Soutien personalisé

Identification

M'enregistrer

Infos cours

Cours écrit en France

Publié en : 2012

Niveau :

Niveau facile

Voir la fiche de révision

I. Les balbutiements de l'Europe Les deux guerres mondiales laissent un traumatisme cuisant aux peuples européens, qui comprennent la nécessité de s'unir pour retrouver sa puissance. En 1950, le premier pas de la construction européenne est franchi, a

Partager

Autres classes

Nos partenaires : Comprendrechoisir