Terminale L > Histoire > L'Europe de 1945 à nos jours : les enjeux européens depuis 1989

Les enjeux européens depuis 1989

Depuis sa création, l'Europe s'est élargie à 27 pays et se dessine comme un acteur de poids dans le monde grâce à ses richesses et à son commerce. Cependant, les pays-membres n'arrivent pas à parler d'une même voix sur le plan politique.

I. De la chute du mur de Berlin à l'entrée dans l'Union européenne

A. La fin du communisme

En mai 1985, Mikhaïl Gorbatchev est élu secrétaire général du Parti communiste de l'Union soviétique. Persuadé que le communisme s’enfonce dans une impasse, il a la volonté de rapprocher communisme et démocratie.

Encouragés par ce qui semble être un relâchement de la main de fer soviétique, les régimes communistes vont avoir l'opportunité de se rebeller contre le système et tomber un à un, en commençant par la Hongrie.

Ainsi, en juin-juillet 1989, les réformateurs arrivent au pouvoir en Hongrie :

  • Les partis d'opposition non-communistes sont autorisés.
  • Les obsèques officielles de Nagy, le chef du gouvernement de 1956 exécuté par les Soviétiques, sont célébrées.
  • Des élections libres sont organisées en 1990 et balaient les communistes. La Hongrie demande son retrait du Pacte de Varsovie.

En Allemagne de l'Est, les choses ne vont pas mieux :

  • L'autorisation de voyager permet à de nombreux Allemands de fuir le pays.
  • Déstabilisé, le gouvernement de la RDA fait ouvrir le mur de Berlin le 9 novembre 1989.
  • La réunification a lieu le 3 octobre 1990.

En Tchécoslovaquie :

  • Vaclav Havel, l'un des opposants au communisme, devient président de la République grâce aux manifestations populaires.
  • Alexandre Dubcek, le dirigeant du printemps de Prague, prend la présidence du Parlement.

En Roumanie :

  • le dictateur Ceaucescu est exécuté en décembre 1989.

Le 1er juillet 1991, le Pacte de Varsovie disparaît.

Dates & chiffres à retenir :

  • 1989 : Prise du pouvoir de l'opposition en Hongrie.
  • 9 novembre 1989 : Chute du mur de Berlin.
  • 1990 : Réunification allemande.
  • 1991 : Fin du Pacte de Varsovie.

B. Une difficile transition

Passer d'un régime communiste à une démocratie pose problème dans certains pays, à cause de l'absence de forces politiques organisées. Ce sont donc d'anciens dirigeants communistes qui prennent le pouvoir (sauf en Pologne, en Hongrie et en Tchécoslovaquie).

  • Le passage à une économie de marché mondialisée inquiète les populations, qui se tournent vers des partis populistes qui prônent des solutions simplistes.
  • En 1995, Lech Walesa échoue à l'élection présidentielle polonaise et est remplacé par un ancien communiste, Alexandre Kwasniewski. Les populations deviennent méfiantes envers les classes dirigeantes.

L'effondrement du communisme, le ciment qui formait la cohésion du bloc, fait naître des revendications nationalistes :

  • En 1992, Tchèques et Slovaques se séparent.
  • La Yougoslavie explose et donne naissance à six Républiques (Croatie, Slovénie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine, Serbie et Monténégro) qui se forment dans la guerre et le sang.
  • Les ex-États communistes passent de 8 à 15 en 1995.

Le passage à l'économie de marché provoque une crise brutale :

  • Le chômage explose.
  • Le pouvoir d'achat baisse,
  • De nombreuses pénuries font leur apparition.
  • Les "nouveaux riches" apparaissent, souvent issus des anciennes classes dirigeantes communistes.

Aujourd'hui, ces pays aspirent à entrer dans l'Union européenne pour retrouver une cohesion de groupe, bénéficier des aides de Bruxelles et attirer les entreprises étrangères sur leur territoire.

Dates & chiffres à retenir :

  • 1995 : L'Union européenne passe à 15 pays.

II. L'Union européenne de 1989 à nos jours

A. Une nouvelle Union

Jacques Delors, président de la Commission européenne de 1985 à 1995, est persuadé que la construction européenne se fera par la coopération économique. En février 1986, l'Acte Unique est adopté. Il réunit les trois traités précédents :

  • la Communauté européenne du charbon et de l'acier (la CECA),
  • la Communauté économique européenne (la CEE)
  • Euratom.

Depuis cette date, l'espace économique européen réunit 400 millions de consommateurs. Les biens, les services et les travailleurs circulent librement dans l'espace Schengen.

Cette construction continue par l'instauration de la monnaie unique :

  • Le Traité de Maastricht, signé en 1992, prévoit le passage à l'euro en 1999 et les critères économiques nécessaires à chaque pays pour pouvoir adopter cette nouvelle monnaie, en particulier le pacte de stabilité et de croissance.
  • Le 1er janvier 2002, les nouveaux billets et les nouvelles pièces sont mis en circulation (sauf pour les Danois, les Suédois et les Britanniques qui ont refusés l'euro).

En même temps, l'élargissement géographique continue :

  • En janvier 1995, les 12 accueillent la Suède, la Finlande et l'Autriche.
  • En 2004, l'Union accueille les pays d'Europe centrale et orientale.
  • En 2007, c'est l'entrée de la Bulgarie et la Roumanie.

Malgré ces élargissements, l'Europe a du mal à trouver son identité propre, difficulté accentuée par les disparités régionales.

Dates & chiffres à retenir :

  • 1986 : Adoption de l'Acte Unique.
  • 1992 : Signature du Traité de Maastricht.
  • 2002 : Mise en circulation de l'euro.
  • 2004 : Union européenne à 25.
  • 2007 : Union européenne à 27. Traité de Lisbonne.

B. Les enjeux

  • La mondialisation impose des logiques de concurrence qui fragilisent l'emploi et le secteur public.
  • La Banque centrale européenne (BCE) est accusée de ne pas se préoccuper de la croissance et de l'emploi.
  • Chaque élargissement pose le problème de l'efficacité des institutions européennes : les mécanismes de décisions sont toujours plus lents et incompréhensibles, et l'Europe doit clarifier son organisation après une période d'élargissemnt géographique.
  • L'unanimité est toujours la règle pour adopter des décisions, mais va devenir de plus en plus problématique au fur et à mesure de l'élargissement à plusieurs autres pays.
  • Le rejet du projet de Constitution européenne en 2005 montre les limites de la majorité, puisque le refus de deux pays seulement a bloqué tout le processus. (En 2007, une version simplifiée du projet a été adopté par le Traité de Lisbonne.)
  • L'Europe n'arrive pas à parler d'une même voix et ne peut donc pas peser sur la scène internationale. En 2003 par exemple, l'intervention américaine en Irak a opposé les pays-membres.
  • L'Europe politique n'est donc pas encore d'actualité, mais l'Europe économique a prouvé son efficacité et l'Union a réussi à instaurer la paix économique et militaire entre tous les États-membres.

Haut de la page

Dans la même matière

Haut de la page

Soutien personalisé

Identification

M'enregistrer

Infos cours

Cours écrit en France

Publié en : 2012

Niveau :

Niveau facile

Voir la fiche de révision

I. Depuis la chute du mur de Berlin Dès 1989, les régimes communistes tombent comme des dominos. Le mur de Berlin est ouvert en 1989, l'Allemagne est réunifiée en 1990, l'opposition gagne le pouvoir en Bulgarie, en Tchécoslovaquie et en Roumanie. En

Partager

Autres classes

Nos partenaires : Comprendrechoisir